L’énergie en Corée du Sud, les grands traits

La Corée du Sud est dépendante à 94% des importations du pétrole, du GNL, et du charbon, et son réseau électrique est isolé de son environnement régional.

Consommation d’énergie primaire

· 301 MTEP en 2017 (243 MTEP en 2009)

· +4,5% par an en moyenne entre 1990 et 2015

· 8ème place mondiale en 2017 (+2 places par rapport à 2009)

· Intensité énergétique : 0,194 (tep/MKRW)

L’industrie est le premier secteur d’activité consommateur. La croissance industrielle orientée vers les exportations (principalement l’électronique et les semi-conducteurs, ainsi que la sidérurgie et la construction navale) a entraîné une forte croissance de la demande en énergie (+4,5% par an en moyenne entre 1990 et 2015) et une pression pour produire de l’électricité à faible coût. Le ralentissement de la croissance économique et démographique et de meilleurs résultats en termes d’efficacité énergétique ont tassé la croissance de la demande.


Composition du mix énergétique

Le mix énergétique coréen est largement dominé par les énergies fossiles, avec environ 37% de pétrole, 28% de charbon, 20% de GNL et 10% de nucléaire. Le reste est composé d’hydroélectricité et d’énergies renouvelables qui occupent encore une place marginale dans le mix.

JPEG

Production d’électricité

La quantité d’électricité produite en 2017 est de 533000 GWh pour une capacité installée de 117 GW, avec un taux de réserve de 16% (en 2016).

Les centrales thermiques restent les installations prépondérantes du dispositif. Le marché de l’électricité est dominé par le charbon, suivi du nucléaire et du GNL. Le nucléaire y assure une production de base.
La croissance de la demande en électricité a tendance à ralentir, mais la variabilité des pics de consommation s’est intensifiée à cause des conditions climatiques plus extrêmes (vagues de chaleur et de froid).

JPEG

Principaux acteurs du marché de l’électricité

L’électricien national, KEPCO, est le seul acteur complètement intégré du secteur de l’électricité coréen. Il a le monopole des circuits de transmission et de distribution et produit avec 76% de l’électricité du pays en 2017, les 24% restants sont produits par des acteurs privés et le marché peine à s’ouvrir. KEPCO s’appuie sur 6 filiales, avec notamment KHNP comme exploitant des centrales nucléaires et hydrauliques.

La politique énergétique

Cette dépendance énergétique et la forte consommation de l’industrie ont poussé historiquement le pays à sécuriser ses approvisionnements avec, entre autres, un ambitieux programme nucléaire domestique, des investissements croissants sur les gisements à l’étranger, et un programme de maîtrise de la demande. La disponibilité d’une énergie à bas prix a longtemps été la priorité du gouvernement.

Le Président Moon Jae-In, élu le 9 mai 2017, a défini plusieurs axes stratégiques :

· Modernisation du parc thermique : Diminution de la part du charbon à 36,1% de la production électrique en 2030. Montée du GNL à 18,8% de la production en 2030. Fermeture définitive des centrales à charbon les plus vieilles. Conversion de six autres centrales à charbon en centrales à GNL.

· Poursuite des chantiers nucléaires en cours (5 réacteurs en cours de construction) mais arrêt des projets planifiés (6 réacteurs). Pas de renouvellement des licences d’exploitation au-delà de 40 ans, ce qui ferait baisser la part du nucléaire à 23,9% du mix de la production en 2030.

· Montée de la part des ENR à 20% dans la production électrique d’ici 2030 : la stratégie « 3020 », principalement via des grands projets PV et éoliens off-shore.

· Stabilisation de la demande par des mesures de renforcement de l’efficacité énergétique.

· Diminution des rejets de gaz à effet de serre, notamment grâce au renforcement du marché carbone.

Dans les énergies renouvelables, le solaire (+30 GW d’ici 2030) et l’éolien (+16 GW notamment off-shore) représentent les développements prioritaires. Le solaire se développe rapidement (+1GW par an depuis 2012).

JPEG

Sources : Korea Ministry of Trade, Industry and Energy , Korea Energy Economics Institute, Energy Information Administration

Dernière modification : 17/09/2018

Haut de page