Coopération économique

Présentation générale de l’économie coréenne

Avec un PIB de 1 630 milliards de dollars en 2020, la Corée du Sud est la 10ème économie mondiale, membre du G20 et de l’OCDE depuis 1996. La Corée du Sud a connu une croissance moyenne de près de 3% par an au cours des dix dernières années, au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, tout en conservant des fondamentaux économiques équilibrés (chômage faible, excédent commercial et dette publique limitée). Face à la crise économique et sanitaire, la Corée a affiché une résilience remarquable, à l’image du succès du pays dans la lutte contre la pandémie, le PIB se contractant de 1 % en 2020 avant un rebond qui pourrait atteindre 4 % en 2021.

Située à mi-chemin entre la Chine et le Japon, la Corée est au cœur de la zone mondiale qui connaît la plus forte croissance. Cette proximité est un défi, mais elle offre également des opportunités dans le cadre d’une plus grande intégration économique régionale. La Corée du Sud a multiplié depuis 2004 les négociations d’accords de libre-échange avec ses principaux partenaires commerciaux. Dix-sept accords sont entrés en vigueur à ce jour, couvrant 60 pays, dont ceux avec l’Union européenne (2011), les Etats-Unis (2012) et la Chine (2015). De plus, le RCEP un nouvel accord rassemblant les pays de l’ASEAN, la Corée, la Chine, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande a été signé fin 2020 et pourrait entrer en vigueur dès 2022.

Deuxième pays de l’OCDE en termes de dépenses de R&D (4,6 % du PIB), la Corée est un acteur majeur en matière de nouvelles technologies. Elle est devenue un leader mondial dans de nombreux domaines et notamment les semi-conducteurs avec près de 20 % du marché mondial et même 55 % pour les mémoires. Les groupes coréens occupent en outre une place importante dans les grands contrats internationaux, notamment dans les infrastructures (transports, énergie) et l’ingénierie. La Corée est également le cinquième constructeur automobile mondial grâce au groupe Hyundai-Kia.

L’ALE UE-Corée, entré en vigueur le 1er juillet 2011, a permis de faciliter les conditions d’accès au marché. La balance commerciale de l’UE est passée d’une situation de déficit à un excédent commercial (à l’exception de 2018 et 2019) et les échanges entre la France et la Corée ont connu la même évolution. En 2020, le commerce bilatéral s’élève à 8,6 Mds EUR, avec un excédent de 1 Md EUR en faveur de la France. La France reste également l’un des principaux investisseurs étrangers en Corée et le 4ème investisseur européen. Plus de 200 filiales d’entreprises françaises sont présentes en Corée.

De plus amples informations concernant l’économie coréenne et les relations économiques bilatérales sont disponibles sur le site du Service économique de Séoul :
-  Indicateurs et conjoncture
-  Relations bilatérales
-  Commerce extérieur
-  Propriété intellectuelle

Dernière modification : 20/05/2021

Haut de page