Bilan 2018 des investissements internationaux en France

Le « bilan 2018 des investissements internationaux en France » confirme la confiance renouvelée des investisseurs étrangers pour le site France. Les chiffres ont été dévoilés lors d’un point presse du ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire à Bercy, en présence du directeur général de Business France, Christophe Lecourtier et de Pascal Cagni, ambassadeur délégué aux investissements internationaux.

En 2018, 1 323 décisions d’investissement ont été recensées en 2018, soit une hausse de 2% par rapport à 2017 (1298), permettant la création ou le maintien de 30 302 emplois. En moyenne, 25 décisions d’investissement ont été recensées chaque semaine en France l’année dernière.

Les emplois créés et maintenus s’élèvent à : 30302 emplois en 2018 contre 33489 emplois en 2017. Ce résultat est dû à la baisse du nombre d’emplois sauvegardés lors de reprise (-4000 emplois) qui découle du recul du nombre de sites en difficulté (-25%).

En revanche, les décisions de nouvelles implantations ont progressé de 14% en 2018 comptant 741 décisions au lieu de 651 en 2017, représentant ainsi plus de la moitié des investissements (56%). Cet accroissement des décisions d’ouverture de nouvelles implantations reflète le renforcement de l’attractivité du territoire.

Les extensions de projets existants sont au nombre de 500, créant 15588 emplois (soit 50% de l’ensemble des emplois créés par les investissements étrangers) en 2018 contre 551 projets et 12855 emplois en 2017. A noter que 78% des activités de production correspondent à des extensions.

Les entreprises étrangères continuent à investir dans des activités de production avec 320 projets générant 11295 créations ou maintiens d’emplois en 2018. Premières contributrices à l’emploi, ces activités représentent 37% de l’emploi total et le quart de l’ensemble des investissements.

« L’amélioration de l’image de la France se traduit par des investissements importants dans les activités industrielles. Témoins de la dynamique des firmes multinationales étrangères dans l’industrie : Collins Aerospace, leader mondial américain des systèmes et solutions technologiques pour le secteur de l’aéronautique, a investi plus de 18 millions d’euros en Occitanie ; l’entreprise canadienne Robotiq, qui conçoit et fabrique des composants pour robots collaboratifs (mains robotiques), qui s’implante à Lyon pour rayonner en Europe ; ou encore le groupe agroalimentaire japonais Takara Foods, a annoncé l’implantation d’une usine de fabrication de « ramen » pour un investissement de 1,6 millions d’euros et bien d’autres encore », souligne Christophe Lecourtier.

Les décisions d’investissements dans les fonctions de RD, ingénierie et design sont en constante progression +3%, soit 129 projets et 2793 emplois en 2018 contre 2282 en 2017. Notons les investissements en RD correspondent à 58% à l’implantation de nouveaux centres. Les entreprises américaines se distinguent par leur implication dans la RD : elles sont à l’origine de plus du quart des décisions recensées dans cette fonction et de 21% de l’emploi associé.

« A l’échelle mondiale, la France confirme qu’elle joue dans la cour des grands en matière d’innovation. Les activités de RD ont progressé de +9% depuis 5 ans en taux de croissance annuelle moyenne, et représentent désormais 10% de l’ensemble des investissements. Chaque année, les géants mondiaux de la Tech(Cisco, Google, Facebook...) renforcent leur présence dans l’hexagone », confirme Pascal Cagni.

Les investissements européens restent prédominants : 61% des investissements étrangers créateurs d’emploi en France proviennent de l’Europe, contre 58% en 2017. Les principaux pays investisseurs en 2018 sont les entreprises américaines avec 18% (même niveau que 2017), suivies des entreprises allemandes avec 14% et britanniques avec 9%.

Les plus fortes croissances concernent en 2018 : le Royaume-Uni augmente ses investissements de 33% pour 2018 se caractérisant dans les secteurs du conseil, de l’ingénierie, des logiciels et prestations informatiques ainsi que dans les services financierset la Suisse, dont les investissements ont progressé de 22%, dynamique qui résulte d’une hausse de 57% des décisions d’investissements dans les activités de production. {{}}

La répartition des projets rend compte à la fois de la force d’attraction des grandes métropoles. En termes de projets, l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie et le Grand-Est accueillent les trois-quarts des décisions d’investissement.

Néanmoins, les décisions d’investissements ne se concentrent pas dans les très grandes agglomérations. En effet, 40 % des projets sont localisés dans des agglomérations de moins de 200000 habitants.

« Je salue l’implication des équipes de Business France et leur étroite collaboration avec nos partenaires en régions, qui ont permis d’être à l’origine de plus de deux projets sur trois, sur la totalité des projets d’investissements internationaux pour l’année 2018 », précise Christophe Lecourtier.

Investissements coréens en France

Le Samsung Strategy Innovation Center est un exemple représentatif des investissements des entreprises coréennes en France. Ouvert à Paris le 12 juin 2018, ce centre est dédié aux activités de développement dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la mobilité autonome et du capital-risque.

Bodyfriend, numéro un des fauteuils massants en Corée, a choisi la France pour se développer sur le marché européen. Son bureau à Paris se consacrera à la recherche, au développement, à la conception et à la commercialisation de produits en tenant compte des caractéristiques des consommateurs européens.Le premier magasin/showroom ouvrira ses portes à Paris en juin 2019.

Les entreprises coréennes poursuivent leurs investissements dans le secteur immobilier à Paris et dans sa région. Début 2018, deux opérations d’investissement à La Défense, l’un des trois plus importants quartiers financiers d’Europe, ont été confirmées. Korea Investment Securities (KIS) est sur le point d’acquérir la Tour Europe et Mirae Asset Daewoo a été retenu comme investisseur privilégié pour l’acquisition de la Tour Majunga. Le montant del’acquisition est évalué à plus de 1 000 milliards KRW pour la Tour Majunga, ce qui représente l’un des investissements coréens les plus importants dans le secteur immobilier à l’étranger.

Hana Financial Investment Co., Ltd a également investi, par l’intermédiaire de la société de gestion immobilière JR AMC Co. Ltd, dans l’immeuble de bureaux Cristalia à Rueil-Malmaison. Plus récemment, le consortium formé avec Hanwha Securities, Samsung SRA Asset Management et la société de gestion d’actifs locale Primonial REIM a conclu l’acquisition de la Tour Lumière dans le 12ème arrondissement de Paris. Le montant de l’opération est de 1 500 milliards KRW.

Dernière modification : 03/05/2019

Haut de page